Hier à aujourd'hui

Veuillez glisser la flèche de gauche à droite pour apprécier les photographies historiques et actuelles.

Église unie Plymouth-Trinity

Construite vers 1855, l’église unie Plymouth-Trinity est le plus ancien édifice religieux de Sherbrooke. Le clocher octogonal à deux étages ainsi que les pilastres et les colonnes doriques qui supportent le large fronton triangulaire représentent bien le style néogrec choisi par l’architecte William Footner. À gauche du bâtiment principal, on aperçoit l’annexe qui servait notamment de résidence au pasteur. En 1989, l’édifice est classé immeuble patrimonial par le ministère de la Culture et des Communications du Québec, ce qui protège l’intégrité de son architecture extérieure. Photo : vers 1880.

Fonds Frederick James Sangster. Société d’histoire de Sherbrooke.

 




Kayser

En 1918, la compagnie américaine Julius Kayser installe son usine, la deuxième en trois ans, sur la rue Frontenac tout près du barrage no 4 et des vestiges de l’ancienne centrale de la Sherbrooke Street Railway (à gauche). Ce premier édifice en béton armé de Sherbrooke est doté d’une fenestration généreuse. Jusqu’en 1988, les ouvrières de la Kayser y fabriquent des bas de soie et de la lingerie. Laissé à l’abandon pendant plus d’une décennie, le bâtiment abrite aujourd’hui les Résidences Soleil Manoir du Musée, le Musée de la nature et des sciences, la BAnQ ainsi que le Ministère de la Culture et des Communications. Photo prise vers 1945.

Fonds Frederick James Sangster. Société d’histoire de Sherbrooke.

 




Hôtel de ville

La construction de l’édifice abritant actuellement l’hôtel de ville, anciennement le palais de justice de Sherbrooke, débute en 1904. Selon la tradition, on place dans la pierre angulaire des journaux, des briques de l’ancien palais de justice et des rapports de la Banque des Cantons-de-l’Est. C’est en 1989, à la suite du déménagement du palais de justice sur le plateau Marquette, que l’hôtel de ville s’installe au carré Strathcona.

Fonds Société d'histoire de Sherbrooke.

 




La gare Union

La gare Union Station, construite en 1890, dessert quatre compagnies ferroviaires : le Grand Trunk (Montréal-Portland), le Quebec Central (direction Lévis), la Boston & Maine (direction Boston et New York) et l’International Railway (direction Lac-Mégantic). Achetée par le Canadian National en 1923, elle passe aux mains de VIA Rail en 1977. La construction d’une gare a une incidence non seulement sur la région, mais sur toute la ville, où l’on voit d’ailleurs émerger le quartier des hôtels pour accueillir les voyageurs de passage.

Fonds J-Richard Abbott;.

 




Lennoxville

Située au point de rencontre des rivières Saint-François et Massawippi, Lennoxville devient un arrondissement de Sherbrooke le 1er janvier 2002. D’abord nommé Nikitotegwasis (petite rivière qui fourche), puis Little Forks (ou Upper Lorks), le village prend le nom de Lennoxville en 1819, à la suite du décès de Charles Lennox, duc de Richmond et d’Aubigny et gouverneur général du Canada entre 1818 et 1819. La photographie présente la rue Queen vers 1910 où l’on aperçoit l’église /St-George à droite..

Fonds Paul Gagné.

 




La Centrale Frontenac

Lors de sa construction en 1888, la centrale Frontenac est la toute première centrale hydroélectrique de la ville. La Sherbrooke Gaz and Water détient alors le monopole de la production de l’électricité et l’utilise pour éclairer les rues. Elle dessert par la suite plusieurs entreprises et hôtels. La photographie est prise en 1919 à partir du belvédère de la rue Cliff.

Fonds Gilles Couture.

 




Célébration de la fin de la guerre

Le 8 mai 1945, les Sherbrookois célèbrent en grand nombre la capitulation de l’Allemagne nazie, mettant fin à la Deuxième Guerre mondiale en Europe. La foule immense manifeste sa joie sur la rue King ouest, axe principale de Sherbrooke. La photographie est prise entre les rues Peel et Alexandre.


Fonds Clovis Roy.

 




La rue Wellington

La rue Wellington nord est l’artère commerciale par excellence de la ville de Sherbrooke. Elle détient ce titre depuis 1855, trois ans après la construction de la gare ferroviaire sur la rue du Dépôt. Le nom « Wellington » lui est attribué en 1842, en l’honneur d’Arthur Wellesley, 1er duc de Wellington, qui est également premier ministre de l’Angleterre de 1829 à 1831. La photographie est prise en 1900, au coin de la rue Frontenac.

Fonds de la Ville de Sherbrooke.

 





Appui à la sauvegarde et la revitalisation de la vieille prison de Sherbrooke
(Prison Winter)
La collection numérisée
Le Confluent